A team of surgeons

                                                                                                                                                                                                                                               

Les brûlures

 La brûlure est une destruction partielle ou totale pouvant concerner la peau, les parties molles des tissus, ou même les os.

La gravité de la brûlure dépend de plusieurs paramètres : sa localisation, sa topographie (une brûlure circulaire sera toujours grave), sa profondeur (le degré de brûlure), l'étendue de la surface endommagée (en pourcentage de la surface corporelle totale) et l'agent causal en question.

 

Les causes

  • Une source chaude (solide, liquide, ou gazeuse) ;
  • Une substance dite caustique ;
  • Un frottement ;
  • Une flamme ;
  • Un rayonnement ( ultraviolet B, infrarouge, rayon X) ;
  • Un courant électrique ;
  • Le froid (gelure).

 

 

Les degrés de brûlure

La classification en degré se base essentiellement sur l'aspect des lésions. Les différents degré de brûlure  sont :

 

Ce sont les brûlures les moins graves et les plus répandues, qui n' interessent que la couche la plus superficielle. Lorsqu'il s'agit de la peau, seul l'épiderme est touché.

 

Les brûlures du second degré se séparent, en fonction du niveau de derme atteint en deux entités : le second degré superficiel et le second degré profond. Outre l’hypoesthésie, la brûlure du second degré profond se distingue de celle du second degré superficielle par la greffe de peau qu'elle impose assez souvent.

 

 

Elles détruisent toute la peau (derme et épiderme). Dans ce cas, il n'y a aucune possibilité de régénération d'elle-même pour la peau car toutes les cellules cutanées sont absentes. La greffe de peau est alors indispensable. 

 

La brûlure est si profonde qu'elle atteint les structures sous-cutanées, telles que les os et les muscles. Une intervention chirurgicale quand c'est possible pourait ameliorer la situation critique du patient.

 

Dermaplast erstehilfe verbrennung d

Les différents degrés de brûlure en fonction de la profondeur.

 

Physiopathologie

Jackson a décrit 3 zones de dommage tissulaire après une brûlure.

  • La zone de coagulation est la portion la plus brûlée et se trouve dans le centre.
  • En périphérie est la zone de stase avec des degrés variables de vasoconstriction et d’ischémie ressemblant à une brûlure de second degré.
  • La dernière zone d’une plaie est la zone d’hyperhémie qui est plus superficielle et ressemble a une brûlure de premier degré

 

Les complications des brûlures

Les brûlures graves comportent un risque vital, une gêne à la réalisation de certains mouvements, une cicatrisation avec chéloïdes ou problème de pigmentation de la peau.

 

Traitement immédiat des brûlures

Les décisions touchant le traitement sont fondées sur la nécessité de soulager contre la douleurs, de réduire l'enflure, de prévenir les infections et de favoriser la cicatrisation.

De nombreux experts estiment qu'on devrait consulter un médecin pour toutes les brûlures  sauf celles du premier degré. Une chose est sûre : il importe de consulter un médecin si une brûlure au deuxième degré couvre plus de 10 à 15 % de la surface corporelle ou si une brûlure au troisième degré est suspectée.

En outre, si les yeux, les oreilles, le visage ou les pieds sont atteints, il importe d'obtenir des soins médicaux. Par contre, si ces régions n'ont pas été touchées, ou s'il n'y a pas de cloques, des soins médicaux peuvent ne pas être nécessaires.O

Immédiatement après la survenue d’une brûlure, pour réduire ses conséquences, certains gestes doivent être entrepris avant l’arrivé des secours. Ils consistent à

  • supprimer la victime de l'agression causale (protection),
  • Déverser de l’eau de robinet sur la partie brûlée jusqu'à disparition totale de la douleur. 
  • Enlever les vêtements qui ne collent pas à la peau sur la partie brûlée.
  • En cas de gène respiratoire, il est préférable de la mettre le patient en position assise ou demi-assise.

 

Évaluation initiale de la gravité

On distingue donc les brûlures simples des brûlures graves, grave signifiant simplement que la victime devrait voire un médecin.

Une brûlure thermique est considérée comme grave si on est dans l'une des conditions suivantes :

  • la victime est un nourrisson ;
  • la brûlure est située près d'un orifice naturel  
  • si la brûlure touche le visage, les mains, les articulations ou les parties génitales ;
  • la peau est détruite, présentant un aspect noirâtre  
  • la brûlure est circulaire : elle fait le tour d'un membre ou d'un segment de membre.

 

Les brûlures chimiques, électriques, radiologiques font partie des brûlures graves.

 

Cas d'une brûlure thermique externe

La protection consiste donc à supprimer cette source (débrancher le fer à repasser, couper le gaz...), ou au moins à en éloigner les personnes présentes.

Immédiatement après l’incident la peau continue à être chaude et la brûlure progresse vers l'intérieur. L'action consiste donc à refroidir la zone brûlée — le froid ayant aussi une action antalgique — en faisant attention à :ne pas favoriser l'infection et l'hypothermie.

 

Brûlure thermique simple

Pour les brûlures de premier degré, des solutions hydratantes peuvent être nécessaires.

 

Brûlure thermique grave

retirer ces vêtements sauf s'ils collent à la peau. la zone brûlée a tendance à gonfler, on s’engage donc à retirer les bijoux de la zone brûlée avant que ne s'installe une gêne de la circulation sanguine (compression).

 pour éviter la chute de la victime, on peut asseoir la victime pendant le refroidissement, puis on allonge la victime — sauf gêne respiratoire — sur une zone non brûlée.

Pour les brûlures au deuxième degré. Si la peau n'est plus intacte, on doit la laver délicatement en la rinçant bien à l'aide d'une solution saline. Le traitement des cloques prête plus ou moins à controverse. Certains médecins estiment que les cloques jouent le rôle d'un écran protecteur contre la brûlure. D'autres médecins ne sont pas de ce avis. En suite le médecin procède a la réhydratation du patient suivant la foumule de Packland ou d'Evans.

Dans les cas de brûlure de troisième degré, des soins médicaux d'urgence doivent être administrés sans délaiLa réhydratation doit débuter dès l' arrivé du patient aux urgences.

 

 

Cas d'une brûlure thermique interne

Une brûlure interne est une brûlure qui concerne les voies respiratoires ou digestives. Elle résulte de l'absorption ou de l'inhalation d'un produit chaud (d'un aliment, d'un gaz, entre autres les gaz produits par combustion) ou d'une substance caustique (produit chimique).

 

Cas d'une brûlure par le froid

La gelure est une brûlure par le froid.

 

 

Cas d'une brûlure électrique

Le passage du courant électrique  dans le corps ou sur la peau peut provoquer des brûlures ; on voit fréquemment deux brûlures, une au point d'entrée du courant, l'autre au point de sortie. Dans ce cas-là, le plus inquiétant n'est pas la brûlure en elle-même, mais les risques de l'électrisation : le passage du courant a pu perturber le fonctionnement du système nerveux, du cœur (fibrillation), et a pu détruire des cellules à l'intérieur du corps (rhabdomyolyse). On peut donc avoir une rapide dégradation de l'état de la victime pouvant aller jusqu'au décès, alors même qu'extérieurement elle semble peu touchée.

 

 

Cas d'une brûlure chimique

Une brûlure chimique est causée par une substance ou un produit caustique comme un acide fort ou une base forte. Une brûlure chimique peut aussi causer en plus une intoxication.

Les consignes sur la conduite à tenir sont écrites sur toutes les bouteilles de produits chimiques, que ces produits soient professionnels ou ménagers. De manière générale, la conduite à tenir est la suivante :

  • protéger (éloigner la victime du produit, reboucher le flacon sans se brûler soi-même…) ;
  • enlever les vêtements imbibés en se protégeant (mettre des gants, ou bien saisir les vêtements par l'intermédiaire d'un linge) ;
  • laver la peau à grande eau (attention : uniquement si le produit ne réagit pas de façon violente avec l'eau !) afin d'éliminer le produit, et en évitant de contaminer une autre partie du corps ; en particulier en cas de projection dans l'œil, s'assurer que l'eau ne coule pas dans l'autre ;
  • prévenir les secours

 

Cas d'une brûlure radiologique

L'exposition à des rayons X, ultraviolet ou émis par une source radioactive (externe ou interne) est une cause de brûlure notamment quand il y a inclusion du matériau radioactif dans la cellule ou l'organisme avec brûlure interne).

 

Cas d'une brûlure photochimique

La sève de certaines plantes (ombellifère et tout particulièrement la Berce du Caucase) occasionne de graves brûlures photochimiques, de même pour la fougère "Rue des Murailles".

 

 

Soins médicaux

Les médecins évaluent la gravité d'une brûlure en fonction de son degré, de son étendue (pourcentage de la surface corporelle touchée) et de sa localisation.

1er, 2e et 3e degré, sédation, hydratation par perfusion, lutte contre l'infection, oxygénothérapie hyperbare, greffe de peau, etc.

L'infection représenterait, selon certaines sources, 50 à 70 % des causes initiales du décès des grands brûlés. Elle aggrave dans tous les cas les cicatrices.

 

La règle des neuf de Wallace

L'étendue de la brûlure peut être évaluée rapidement grâce à la « règle des neuf » de Wallace. La tête représente 9 % de la surface corporelle, chacun des bras représente 9 %, chaque jambe 18 %, le dos et l'avant du torse 18 % chacun, la région génitale et la paume des mains environ 1 %.

 

Unités de soins spécialisées aux « grands brûlés »

Y sont prises en charge les brûlures considérées comme graves en raison de leur étendue, de leur degré, de leur localisation, ou du fait d'un risque de complications jugé important. Une des difficultés est que les brûlures internes éventuelles (poumons en particulier) sont difficiles à visualiser et à traiter, plus ou moins selon leur superficie, leur degré d'infection, leur profondeur et localisation.

Selon une analyse faite de 500 cas de trauma inhalateur, la mort des brûlés était causée par l'intoxication, la pneumonie et la septicémie. Certains tests permettent de mieux diagnostiquer, et de manière rapide, les organes internes touchés.

 

 

Référence

  1. Géraut C., Frimat P., Dermatoses des utilisateurs de ciments, Arch Mal. Prof. 1993 ; 54 : p. 312-314.
  2. J.-C. Nénot (2001), Les accidents d'irradiation, 1950-2000 leçons du passé; Radioprotection ; Volume 36, issue 04, pp 431 - 450 ; EDP Sciences; en ligne : 07 janvier 2013 ; DOI: https://dx.doi.org/10.1051/radiopro:2001102 [archive]
  1. 66
  2. Ariyan S., Krizek TJ (1990), Radiation effects: biological et surgical considerations in : Mac carthy J, editor. Plastic surgery, Philadelphia : Saunders Company, 1990 ; 831-48
  3. Bottolier-Depois JF., Gaillard-Lecanu E., Roux A., Chau Q., Trompier F., Voisin P., Gourmelon P (2000), New approch for se reconstruction: ap plication to one case of localized irradiation with radiation burns ;. Health Phys, 79 (3), 251-6.
  4. Peter RU, Gottlober P (2002), Management of cutaneous radiation injuries: diagnostic and therapeutic principles of the cutaneous radiation syndrome ; Military Medecine 2002, 167,110-112
  5. David W., Robinson MD (1975), Surgical problems in the excision and repair of radiated tissue. Plast Reconst Surg 1975, 55 (1), 41-9
 
Img 1156

Our presentations 17

This is a section in the website where we present some interesting subjects

Ef12a570 362a 46fd b913 7c91e93602a1

Work of art 10

We would like to say something !

Oipynrxcoh5

Prezantasyon an kreyòl 3

Prezantasyon an Kreyòl pou pèmèt plis moun konprann maladi yo.

Date de dernière mise à jour : 11/07/2021