A team of surgeons

                                                                                                                                                                                                                                               

La trachée

•       La trachée est un conduit cervicothoracique

•        fibrocartilagineux aérifère, 

•       oblique en bas et en arrière,

•       La trachée est un segment cylindrique légèrement aplati à la face postérieure, formé par la superposition d’anneaux cartilagineux.

•       elle fait suite au larynx,  à hauteur de la sixième vertèbre cervicale, et

•       se termine dans le thorax par bifurcation en deux bronches principales au niveau du médiastin moyen, à hauteur de la cinquième vertèbre thoracique.

•       Ce conduit fibreux trachéal est renforcé par 15 à 20 anneaux cartilagineux destinés à maintenir sa lumière béante.

•       Sa hauteur est de 11 cm chez la femme et de 12 cm chez l’homme.

 

 

Les anneaux de la trachée

 

•       Ces anneaux sont incomplets dans leur quart ou leur cinquième postérieur.

•        la partie postérieure est remplacée par une surface plane, présentant des fibres musculaires lisses, le muscle trachéal de Reisseisen.

•       Leur contraction rapproche l’extrémité des anneaux cartilagineux, et fait varier le diamètretransversal de la trachée.

•       La muqueuse qui tapisse la surface intérieure du conduit trachéal a les mêmes caractéristiquesque la muqueuse laryngée.

 

 

•       A - Situations et limites :

•       La trachée est placée devant l’oesophage.

•       Elle parcourt successivement la partie antéro -inférieure du cou puis la partie supérieure du thorax.

•       Le segment cervical s’étend du bord inférieur du cricoïde (C6) jusqu’à un plan horizontal passant par le bord supérieur du sternum, à hauteur de la deuxième vertèbre thoracique.

•       Il mesure 6 à 7 cm de haut.

 

•       Chez l’adulte, tête en position moyenne, une hauteur de 6 à 7 anneaux constitue la trachée cervicale.

•       Il s’étend du bord supérieur du sternum (incisure jugulaire du sternum Th2) jusqu’à la bifurcation trachéale à hauteur de Th5, où elle donne naissance aux deux bronches principales droite et gauche.

•       La bronche principale droite fait un angle moyen de 25° avec l’axe trachéal : elle est courte (20 à 25 mm), verticale et de fort calibre (15 à 16 mm).

•       À l’opposé, la bronche principale gauche fait un angle moyen de 45° avec l’axe trachéal : elle est plus longue (40 à 45 mm) que la droite, horizontalisée et de plus petit calibre (10 à 11 mm).

•       La hauteur du segment thoracique est identique à celle du segment cervical, c’est-à-dire 6 à 7 cm.

 

 

La mobilité de la trachée

•       La trachée est un organe très mobile horizontalement suivant des influences mécaniques diverses de voisinage, mais aussi verticalement puisqu’elle suit le larynx lors des mouvements de déglutition, s’élevant et descendant avec lui.

•       La trachée est également, de par sa structure, un organe élastique et extensible.

 

 

Dimension :

•       Il faut considérer la longueur et le calibre trachéal.

•       La longueur moyenne de la trachée est de 12 cm chez l’homme adulte, 11 cm chez la femme.

•       Les segments thoracique et cervical sont pratiquement égaux de 6 à 7 cm.

•       Elle se raccourcit dans les conditions contraires. Les variations extrêmes sont de l’ordre de 3 à 4 cm.

•       Elles sont en rapport avec l’élasticité structurelle du conduit trachéal, expliquant la possibilité de résection-anastomose bout à bout de la

 

 

Le calibre

•       Le calibre trachéal varie suivant l’âge et le sexe.

•       Il est un peu plus important chez l’homme, expliquant les différentes tailles des canules de trachéotomie et des sondes d’intubation trachéale.

•       Le diamètre trachéal est en moyenne de :

•       – 6 mm chez l’enfant de 1 à 4 ans ;

•       – 8 mm chez l’enfant de 4 à 8 ans ;

•       – 10 mm chez l’enfant de 8 à 12 ans ;

•       – 13 à 15 mm chez l’adolescent ;

•       – 16 à 18 mm chez l’adulte.

 

 

-Rapports antérieurs :

•       En haut, à hauteur des deux ou trois premiers anneaux, la trachée est en rapport avec l’isthme thyroïdien.

•       La hauteur de l’isthme est variable, et il peut parfois être absent.

•       Les veinules de petits calibres, irrégulières, aboutissent aux veines jugulaires antérieures.

•       Celles-ci, de part et d’autre de la ligne médiane, à 1 ou 2 cmde l’incisure du sternum, perforent l’aponévrose superficielle pour gagner la veine subclavière.

•       Ces veines jugulaires antérieures peuvent être réunies l’une à l’autre par une ou plusieurs branches transversales mais aussi s’anastomosent aux veines jugulaires externes. Elles sont spontanément maintenues béantes par les gaines fibreuses que forme l’aponévrose cervicale.

•       Ces veines peuvent se dilater considérablement au cours des goitres par exemple, rendant leur blessure dangereuse en raison du risque mortel et rapide d’embolie gazeuse : il est donc prudent de ne les sectionner qu’après les avoir liées ou pincées.

 

•       Sous l’aponévrose superficielle du cou, se trouve la couche musculaire des muscles infrahyoïdiens,

•        Le muscle omohyoïdien tend l’aponévrose prétrachéale et se dégage de la face profonde des muscles sterno-cléido-mastoïdiens à 3 ou 4 cm au-dessus du sternum.

•       Il est oblique en haut et médialement, se fixant au bord inférieur de l’os hyoïde.

•       Il partage la région infrahyoïdienne en deux triangles : le triangle omotrachéal en bas et le triangle omohyoïdien de Velpeau en haut où se projette la bifurcation carotidienne.

•       Le muscle sternothyroïdien est un muscle plat, en arrière du muscle sterno-cléidohyoïdien tendu du cartilage thyroïde à la face postérieure de l’incisure jugulaire du sternum et du premier cartilage costal, délimitant, avec le muscle controlatéral, un triangle à base supérieure.

•       Sur la ligne médiane, les aponévroses cervicales superficielles et moyennes fusionnent, fermant l’espace losangique intermusculaire et constituant la ligne blanche infrahyoïdienne médiane : c’est la zone du « losange de la trachéotomie ».

•       Le tissu celluloadipeux prétrachéal cervical inférieur est en arrière de l’espace sus-sternal de Gruber :

•       – un ou deux noeuds lymphatiques reçoivent des vaisseaux lymphatiques du larynx et de l’isthme thyroïdien ;

•       – les veines thyroïdiennes inférieures sinueuses peuvent constituer un véritable plexus infrathyroïdien, contenu dans la lame thyro-veinopéricardique de Godman ;

•       – l’artère thyroïdienne moyenne de Neubauer est inconstante ;

•       – on y trouve parfois également le tronc veineux brachiocéphalique gauche et la partie supérieure des reliquats thymiques.

 

 

 

 Rapports postérieurs :

•       L’axe trachéal répond sur toute sa hauteur à l’oesophage, qui le déborde à gauche, et auquel il est uni par un tissu celluloélastique et musculaire.

•       Par le décalage gauche de l’oesophage, la trachée entre en rapport plus intime avec le nerf laryngé inférieur ou récurrent, le lobe thyroïdien, le paquet vasculaire du cou et l’artère thyroïdienne.

 

 

•       Artères trachéales :

•       Les artères de la portion cervicale de la trachée proviennent principalement des artères thyroïdiennes inférieures avec du côté gauche l’artère oesotrachéale descendante de Haller, dans l’angle trachéo-oesophagien.

•       L’artère thyroïdienne inférieure donne trois branches collatérales latérotrachéales étagées, destinées à l’oesophage et à la trachée. Les artères de la portion thoracique sont plus variables.

•       Elles proviennent surtout des artères thymiques et de l’artère bronchique droite, rétrobronchique, destinées également à la bifurcation trachéale.

•       Participent aussi à cette vascularisation, l’artère thyroïdienne moyenne de Neubauer, sur la face antérieure de la trachée, et l’artère oesotrachéale antérieure de Demel d’origine aortique également, s’insinuant entre l’oesophage et la trachée thoracique.

•       L’artère thoracique interne originaire de l’artère subclavière se distribue à la partie latérotrachéale inférieure par trois ou quatre branches étagées.

 

 

Date de dernière mise à jour : 04/06/2020