A team of surgeons

                                                                                                                                                                                                                                               

La sécurité sociale des Etats-Unis

Le new deal du President Roosevelt

La crise de 1929 a permit au président Roosevelt d’appliquer le « Social Security Act de 1935 ». Financé par les cotisations des salariés, ce système garantit aux retraités une pension mensuelle modeste, et aux demunis une indemnité de chômage, une allocation en cas d'accident du travail et d'autres prestations.

 

Assistance aux démunis

Au-delà d’une simple sécurité sociale, le Welfare state fournit des aides sociales aux personnes vivant sous le seuil de la pauvreté, a condition que ces derniers fournissent quelques services a la communauté, en netoyant, par exemple les places publiques. De plus, Certaines entreprises privées  assurent leurs employés et le nombre de ces bénéficiaires atteignait 2 million en 2009.

Les Etats-Unis contiennent beaucoup d'associations caritatives, elles étaient au nombre de 650 000 en 2009. Ce sont eux qui organisent les « community service », des programmes d’intérêts généraux dans lesquels la majorité des lycéens sont inscrits.

En période de crise, des millions de personnes reçoivent des bons alimentaires et les  activités des programmes fédéraux visant à nourrir les élèves s’augmentent. 31,6 millions d'Américains recevaient des bons alimentaires en septembre 2008 (soit 10,3 % de la population).

Une aide était octroyé aux foyers ayant des enfants entre 1935 et 1997. C’est une aide dont la quantité variait en fonction du nombre d’enfant que contenait le foyer et qui était versée aux mères de famille. Cette aide permettait aussi l’accès aux cantines scolaires, aux coupons alimentaires et aux soins médicaux. Le "Low Income Home Energy Assistance Program (LIHEAP)" quant a lui paie une partie des dépenses d’énergie des plus pauvres.

 

Aide aux handicapées et aux invalides

Les handicapés et les invalides ne sont pas abandonnés a eux-mêmes. Parmi les organismes qui s’enchargent de leur sécurité sociale, nous pouvons citer :

  • L'OASDHI (Old-Age, Survivors, Disability and Health Insurance) qui est perçue par les retraités, les chômeurs, les handicapés et les veuves.
  • Le SSI (Supplemental Security Income) qui est attribué aux personnes âgées dans le besoin, aux aveugles et aux handicapés. 

 

Les assurances

La plupart des Américains qui sont assurés le sont via leur entreprise (58 % des Américains en 2007). À l'inverse, 37 millions de personnes n'étaient pas officiellement couverts par une assurance maladie en 1998.

Ceux qui n'ont pas d'assurance maladie ont recours aux urgences, aux consultations des hôpitaux publics ou à but non lucratif, aux centres de santé communautaires, aux hôpitaux universitaires, qui offrent des soins gratuits.

Le Health Maintenance Organization Act de 1973 a requis des entreprises employant plus de 25 salariés qu'elles offrent à ces derniers la possibilité de souscrire gratuitement à une HMO (Health maintenance organization) ou a un  PPO (Preferred provider organization). Les HMO restreignent les soins de santé possibles à l'intérieur d'un réseau spécifique (d'hôpitaux, de médecins, etc.), tandis qu'avec un PPO, plus coûteux, le citoyen a la possibilité de consulter où on veut.

 

Il reste encore quelques rares états ayant leur propre système d’assurance de santé. En effet, depuis l’an 2000, l'Arizona a institué, après un référendum d'initiative populaire une mesure de couverture médicale minimale pour les pauvres. C’est le cas également pour le Massachusetts et l’Hawai.

 

Outre ces assurances privées, l'État fédéral a mis en place le Medicare et le Medicaid. Le Medicare, payant, s'applique aux retraités et aux handicapés. À  partir de 1965, des millions de personnes âgées ont bénéficié de l'amendement Medicare à la Loi sur la Sécurité sociale.Tandisque le Medicaid est gratuit et réservé aux Américains les plus pauvres de tous les âges ; financé par les États fédérés et subventionné par le gouvernement fédéral, son financement diffère selon les États. 

 

Depuis 1997, un programme d'assurance-santé pour enfants dénommé « State Children's Health Insurance » a vue le jour. Ce système est géré par les États fédérés et a permis de diminuer le nombre d'enfants non assurés d'un tiers en dix ans. En septembre 2007, le Congrès américain votait une rallonge du budget de ce programme, financée par la taxe fédérale sur le tabac

 

L'Obamacare

La réforme de l'assurance santé voulue par le président américain Barack Obama est votée par le Sénat en novembre 2009 et par la Chambre des représentants le 21 mars 2010. Elle contraint tous les Américains à souscrire une assurance avant 2014 sous peine d'amende. Elle interdit aux assurances de refuser de les couvrir en raison de leurs antécédents médicaux. Elle octroie une aide financière aux familles qui ont des revenus inférieurs à 88 000 dollars par an. La réforme doit coûter 940 milliards de dollars (695 milliards d'euros) sur dix ans. Son financement doit être assuré par des taxes sur les revenus élevés et la baisse des dépenses de soin.

 

Image result for barak obama

Fig: Le président des Etats-Unis Barack Obaba

 

Depuis 2017, au Texas, les avortements sont exclus des assurances maladie.

Malgre les efforts, le taux de mortalité maternelle  se situe en 2016 à 42,8 pour 100 000 naissances vivantes pour les Afro-Américaines. Pour les femmes blanches, le taux est moindre, mais élevé lui aussi : 12,5, contre 9,6 en France et 4 en Suèd. Selon la National Organization for Women, ce record tient à l’absence d’assurance-maladie pour de nombreuses mères.

 

L'assurance chômage

L'assurance chômage a été instituée sur une base nationale en vertu de la loi de sécurité sociale de 1935. Il s'agit d'un programme mixte (fédéral et État). Chaque État gère son propre programme en respectant les lois cadres fixées au niveau fédéral.

Pour pouvoir prétendre à des prestations, il faut que le travailleur se retrouve involontairement au chômage, soit inscrit auprès d'un bureau de chômage public et justifie d'une certaine durée d'activité antérieure ainsi que de certains revenus au cours de la période de référence, soit apte au travail et fasse des efforts pour retrouver un emploi. La durée de versement des prestations est en général de 26 semaines. Toutefois les prestations peuvent être versées pendant 13 semaines supplémentaires lorsque le taux de chômage de la région est très élevé. 

 

En 2005, le système des retraites procurait plus de la moitié de leurs revenus aux deux tiers des retraités des États-Unis. Dans le système des retraites américain, il existe plusieurs régimes d’assurance :

  • Social security : retraite fédérale instituée pendant le New Deal, calculée en fonction du nombre d’années travaillées, des cotisations versées et de l’inflation. À la fin des années 1990, le gouvernement fédéral dépensait 289 milliards de dollars pour le système des retraites obligatoires.
  • Pensions : payées par les grandes entreprises et les administrations publiques : voir la lo ERISA (Employee Retirement Income Security Act) et fonction publique aux États-Unis.
  • Retraite par capitalisation ou IRA (Individual Retirement Account) consiste en des plans d’épargne-retraite et des fonds de pension.
  • Medicare est le système de soins pour les Américains âgés de plus de 65 ans. Le retraité paye une cotisation mensuel de 135$ en 2019 (obligatoire) et, pour couvrir les petits soins non couverts, une petite cotisation supplémentaire assurance-maladie (facultative).
  • Les retraités les plus pauvres reçoivent des aides fédérales complémentaires (l’OASDHI) et pour les soins (Medicaid, un régime gratuit qui remplace Medicare, le système payant).

 

 

Reference

↑ André Kaspi, Les États-Unis d'aujourd’hui, Paris, Plon, 1999, p. 183

↑ Revenir plus haut en : a b et c A. Kaspi, F. Durpaire, H. Harter, A. Lherm, La civilisation américaine, Paris, PUF, 2004, p. 112

↑ Revenir plus haut en : a b c d e et f (en) Medical Bankruptcy in the United States, 2007: Results of a National Study [archive] - Am. J. Med., par David U. Himmelstein, MD, Deborah Thorne, PhD, Elizabeth Warren, JD, Steffie Woolhandler, MD, MPH [PDF]

↑ (en) A Third of Americans Have Benefited From Multiple Entitlement Programs [archive] - Pew Research Center, 2 janvier 2013

↑ A. Kaspi, F. Durpaire, H. Harter, A. Lherm, La civilisation américaine, Paris, PUF, 2004, p. 109

↑ (en) « A Reader's Companion to American History: POVERTY » [archive] (consulté le 17 mars 2006)

↑ Steward Machine Company v. Davis, 301 U.S, 548 ; Helvering v. Davis, 301 U.S. 619

↑ Nicole Bacharan, Faut-il avoir peur de l’Amérique ? , Paris, éditions du Seuil, 2005, (ISBN 2-02-079950-2), p. 39

↑ Revenir plus haut en : a et b A. Kaspi, F. Durpaire, H. Harter, A. Lherm, La civilisation américaine, Paris, PUF, 2004, p.106

↑ sondage du début des années 1990, cité dans Hervé Veillard-Baron, « Des banlieues françaises aux périphéries américaines », dans Hérodote, n°122, 3e trimestre 2006, [lire en ligne [archive]]

↑ Laurent Carroué, Le cœur de l’automobile américaine a cessé de battre [archive], Le Monde diplomatique, février 2009

↑ Megan Greenwell, The Last Hope for Hungry Kids [archive], Washington Post, 30 mai 2009

 

Date de dernière mise à jour : 29/12/2019