A team of surgeons

                                                                                                                                                                                                                                               

L'habillage stérile au bloc opératoire

   Pour le bien-être des patients, les interventions chirurgicales sont réalisées dans un endroit spécial appelé salle d’opération. Cette dernière est située dans un bloc opératoire disposant des dispositifs appropriés tels : la salle de stérilisation, le vestiaire,  la salle de réveil, etc. Toute une préparation est donc nécessaire avant de l'initier. Parmi ces gestes, l’habillage chirurgical revêt d’une importance capitale. Ce geste répond à des principes qu’il nous faudrait connaitre pour accroitre le succès dans les blocs opératoires. Sa description est nécessaire pour une meilleure compréhension de ce geste dont le poids pèse beaucoup dans le rétablissement des patients.

 

 

 Le rôle de la tenue vestimentaire

    La tenue vestimentaire peut être à la fois un outil de prévention qui protège le personnel et le patient face aux contaminations.

Il convient de rappeler que l’homme émet des particules ou squames contaminants pouvant mesurer 10 micromètres de diamètre, dont le nombre peut être diminué par une bonne hygiène et une tenue vestimentaire correcte. L’homme émet des fragments de peau desquamés et des dropets nuclei, par éternuement. Pour un sujet en activité, le nombre de particules desquamé peut dépasser  5 million/mn. 

 

    Afin de limiter la contamination, une tenue vestimentaire spécifique, strictement réservée au bloc opératoire doit être portée par tout le personnel. La qualité intrinsèque des tissus avec notamment l’effet de protection lors de contact avec des liquides biologiques sont des éléments à prendre en compte lors du choix de la tenue de base.
Cette tenue est strictement réservée au bloc opératoire.
Le personnel changera la tenue spécifique du bloc opératoire contre la tenue de base de l’établissement à chaque fois qu’il quittera l’enceinte du bloc opératoire.
Le personnel dispose de vestiaires lui permettant de vêtir la tenue spécifique du bloc opératoire avant de pénétrer dans le bloc opératoire. Les effets personnels (sac à main, sac à dos, casque moto, ordinateurs, raquettes à neige…) sont à déposer au vestiaire avant de pénétrer dans ce dernier.

 

 

 

Définition

    La tenue vestimentaire au bloc opératoire est constituée d’un pyjama de bloc, jetable ou non ; ce dernier est compose d'une tunique et d'un pantalon, d’une casaque, d’une coiffe et de chaussures.
Son rôle est de protéger le personnel et le patient en prévenant la contamination potentielle du site opératoire ainsi que celle des dispositifs médicaux.

 

 Img 2684

 

Le pyjama de bloc opératoire, composé d’une tunique et d’un pantalon.

 

 

 

 Quelques principes nécessaires à l'habillage chirurgical

 

    La pratique optimale de l’hygiène personnelle contribue à la prévention des infections :

  • Corps: douche quotidienne. La prise d’une douche avant l’intervention a un effet bio aérosol pendant 2 heures. 
  • Cheveux: lavage régulier des cheveux. iIs doivent être courts ou attachés. Les cheveux sont noués ne touchant pas la tenue.
  • Mains: ongles courts, propres, sans vernis, ni manucure ou ongles artificiels. En présence d’un eczéma ou d’une autre affection de la peau, il est impératif d’avertir la médecine du personnel.
  • Bijoux: les montres, bracelets et bagues, alliance sont retirés avant de pénétrer dans l’enceinte du bloc opératoire (avant l’hygiène des mains dans le vestiaire). Les boucles d’oreille non pendantes et à vis, chainettes à ras le cou sont tolérées.
  •  Les téléphones portables, clés et autres objets nécessaires seront conservés dans les poches de la tenue vestimentaire.
  • La tenue de base spécifique au bloc opératoire (pantalon, casaque, coiffe et chaussures) est obligatoire pour toute personne entrant au bloc opératoire.
  • L’entrée en zone protégée ne doit pouvoir se faire qu’au travers du vestiaire du bloc opératoire. Ce vestiaire sera organisé de manière à favoriser la marche en avant du professionnel lors du remplacement de la tenue vestimentaire externe au bloc par la tenue spécifique du bloc opératoire et vice/versa.
  • La tenue doit être renouvelée à chaque entrée dans le bloc opératoire. L’intérieur des placards individuels est à nettoyer régulièrement.
  • Avant de prendre sa tenue, on procède au lavage simple des  mains.

 

 

 

Le choix de la tenue 

    Vêtements en textile réutilisables ou textile non tissé à usage unique (pour les fournisseurs ou autres visiteurs) dans une couleur réservée strictement au bloc opératoire et conformes aux normes.

 

    Pour pallier aux diverses émissions de particules, les tissus choisis  sont en grande partie non producteur de particules, de préférence non tissés composés de polyester, par exemple : le polyester-coton : 65%/35%. Cela permet un entretien facile et le lavage à haute température – Le port d’un pantalon et d’une tunique ; La tenue  classique doit être fonctionnelle, propre, lavable, decontaminable, desinfectable, non allergisante, aéré. Les nids se trouvent au niveau des poches et des manches. Les cheveux sont noués ne touchant pas la tenue, les chaussettes propres et changés tous les jours, pas de vêtement sous la tenue.

 

Pantalon

  • Le pantalon est serré à la taille et de longueur au ras de la cheville (idéalement serré à la cheville) ; ne doit en aucun cas trainer par terre.

 

 

 

Casaque

    Il doit avoir la manche courte et portée à l’intérieur du pantalon, ce dernier doit être bien fixé à la taille pour éviter la suspension dans l’air des squames de la peau provenant du torse.
Les sous-vêtements ne doivent pas dépasser la tenue de base du bloc opératoire.

 

Coiffes

    La coiffe, la cagoule positionnée selon les règles de bonnes pratiques réduit la contamination d’environ 60 fois. Une cagoule non tissée et enveloppante doit couvrir les cheveux. . Elle est positionnée correctement, diminuant la surface de peau découverte. Le bonnet, écharpe en Jersey sont proscrits puisqu’il produit un nombre  considérable de particules.

 

  • port obligatoire dans les zones protégées ;
  • la coiffe sera à usage unique
  • la coiffe sera mise et ajustée dans le vestiaire avant de pénétrer dans le bloc ;
  • le port de la cagoule est obligatoire pour la chirurgie de classe I et les porteurs de barbe.
  • le port de la cagoule est à privilégier pour tout type de chirurgie ; le port de la charlotte est toléré pour la chirurgie de classe II, III et IV) ;
  • la coiffe (charlotte / cagoule) doit envelopper toute la chevelure ainsi que le système pileux facial (barbe) si besoin, pour empêcher la propagation de squames.

 

Capture

 

 

Le masque

    Le masque a pour rôle de piéger les gouttelettes émises lors de l’expiration par le patient ou le soignant. Sa durée est de 3 heures, pour chaque patient on utilise un masque. Il doit être porté dans le bloc y compris lors du lavage des mains. Il doit être placé sur la bouche et le nez, attaché en haut et en bas et ajuste avec la barrette nasale. A chaque fois qu’il a été utilisé il doit être jeté et on ne doit pas la toucher.

·         Le masque sera mise et ajustée dans le vestiaire avant de pénétrer dans le bloc.

 

Mascarade

 

Chaussures (sabots)

  • Les bottes sont fermées à l’avant, sans perforations sur le dos du pied (protection de l’avant-pied des éclaboussures et des objets tranchants/piquants). Elles sont utilisées exclusivement au bloc opératoire.
  • collectives : à privilégier
    • réservées strictement à l’enceinte du bloc opératoire
    • à changer quotidiennement ou plus si présence de souillures visibles
    • lavables en machine
    • à éliminer si étanchéité non garantie (responsabilité de l’institution)
  • individuelles : tolérées pour les personnes ne supportant pas les chaussures fournies par l’institution et possédant une dérogation de la médecine du personnel
    • réservées strictement à l’enceinte du bloc opératoire
    • supportant les produits détergents/désinfectants utilisés au bloc opératoire
    • à entretenir individuellement et quotidiennement !
    • à changer si présence de souillures visibles
    • de préférence lavables en machine
    • à éliminer si étanchéité non garantie (responsabilité du collaborateur)

 

Bottes

Sur-chaussures de protection ou cache-botte

  • Le matériel doit être disposable,  non tissé à utiliser exceptionnellement pour palier à l’absence de chaussures spécifiques de bloc opératoire ou pour assurer une protection supplémentaire si risque de projection de sang et/ou de liquides biologiques lors de chaussures insuffisamment imperméables. Le personnel doit procéder à une désinfection des mains après avoir mis et retiré les sur-chaussures

 

Cache botte

 

Le gantage

    Le gantage diffère suivant la personne qui l'effectue. En effet quand l'instrumentiste met les gants, il peut utiliser:

  • La méthode fermée qui consiste a mettre des gants avec les mains nues sans les toucher.
  • La méthode ouverte ou  classique.

Quand il s'agit du chirurgien, le gantage se fait ordinairement par l'instrumentiste ou un assistant.

 

 

 

 

Conclusion

 Le rôle de l'habillage chirurgical est de protéger le personnel et le patient en prévenant la contamination potentielle du site opératoire ainsi que celle des dispositifs médicaux.

Conjointement a l'habillage, la pratique optimale de l’hygiène personnelle contribue à la prévention des infections : au niveau des mains, les ongles  sont gardés courts, propres, sans vernis, ni manucure ou ongles artificiels. 

Pour pallier aux diverses émissions de particules, les tissus choisis  sont en grande partie non producteur de particules, de préférence non tissés composés de polyester, par exemple : le polyester-coton : 65%/35%.

La tenue vestimentaire au bloc opératoire est constituée d’un pantalon, d’une casaque,  de blouse simple, d’une coiffe, de chaussures, de sur chaussures et de gants sterils.

 

Références

  1. Daniel M.F. : » Chirurgie du membre supérieur et inferieur », édition Estem, De Boeck diffusion-2002-Paris, p.7-12
  2. Lannelongue J. : »L’asepsie au bloc opératoire »,conférence d’enseignement de la SOFCOT 2000- 73 13-28, Paris.
  3. Les cahiers d'enregistrement du bloc opératoire de l'hopital Justinien au Cap.
  4. https://www.hpci.ch/prevention/recommandations/contenu/bloc-op-tenue-de-base
  5. https://docplayer.fr/23630746-La-tenue-a-l-hopital-la-tenue-de-bloc-operatoire-la-tenue-vestimentaire-les-tenues-vestimentaires.html
  6.  https://www.vulgaris-medical.com/encyclopedie-medicale/bloc-operatoire/examen-medical

Date de dernière mise à jour : 18/10/2019